Communiqués - 01/03/15 - Visite de quatre parlementaires en Syrie : comment peut-on désapprouver ?



La récente visite en Syrie de quatre parlementaires français (dont un socialiste), dont trois ont rendu visite à Bachar el Assad, a provoqué une intense agitation désapprobatrice à gauche :
"Je veux condamner avec la plus grande vigueur cette initiative", a lancé le chef du gouvernement. Et aussi : "Que des parlementaires aient ainsi, sans crier gare, rencontré un boucher", "je crois que c'est une faute morale". Le président de la république a , lui aussi, '' condamné '' cette initiative.

Quoiqu'on pense du dirigeant de la Syrie, on ne voit pas en quoi le fait d'aller discuter avec lui peut constituer une faute, alors que ce pays est ravagé aussi par les atrocités des combattants de l' '' État islamique '' (Daech, comme aiment à l'appeler nos hommes politiques et nos journalistes, pour ne pas parler de l'islam).
Au contraire, il peut être d'un intérêt capital de renouer des relations avec lui, dans la mesure où il s'oppose aux islamistes. Mais nos dirigeants veulent-ils vraiment s'opposer aux ravages de l'islamisme ?

Avec tous les défenseurs de notre civilisation, dénonçons la duplicité de nos dirigeants face au danger islamiste.

http://www.m-n-r.net/news902.htm